Eloje

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eloje

Message  Hacheïla le Lun 22 Nov - 17:40

Une présentation succinte,

J'ai atterri sur ce forum au hasard de recherches sur Jean-Charles Terrassier. Il y aura donc un avant et après J-C. , sans corrélation possible avec un certain "fils de" .. bref.
Je suis une vieille zébresse, j'entends par là que j'ai été détectée très tard, à l'âge adulte. Mon parcours a été très confus, une scolarité moyenne voire médiocre, et une université à peu prés brillante apparemment mais sans véritable conviction. Mes deux parents étaient lourdement défaillants sur tout autre plan que le plan matériel et j'ai du élaborer de furieuses stratégies pour évoluer à peu prés normalement.
Je pense très sincèrement que si la zébritude (soyons fous) est une chance de voir et penser le monde en Xdimensions, c'est aussi un malheur lorsque le contexte est défavorable. Il sauve et crucifie (voyez, J-C. n'est jamais très loin)... et c'est ainsi que je vois la chose.

Sur ce forum, je cherche des réponses, une trame, support à un ancrage dans la réalité concrète que je souhaite habiter le plus harmonieusement possible. Sans vouloir à toute force vivre comme, je veux vivre avec. Il m'a fallu beaucoup de temps pour me sortir de ma tendance à vivre en abstractions, n'ayant pas eu de repère d'habituation à la vie "normale", et j'ai besoin de données factuelles sur ce que peuvent vivre d'autres individus fait d'un bois qui se rapproche du mien.

J'ai passé la trentaine et à ce jour j'ai toutes les difficultés à m'inscrire dans un quotidien normalisé.... /boring.

Hacheïla

Messages : 17
Date d'inscription : 22/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Also sprach ...

Message  Jack White le Mar 9 Déc - 23:53

Le Christ est un "zèbre" (non décidément, même ce terme me déplait) des plus connu. Il en est de même des poètes grecs ayant formé les mythes, et des autres "gourous" des religions, on peut même remonter à la pensée mythique …
On pourrait pousser une très belle analyse dessus (et cracher sur beaucoup d'hypocrisie au passage, entres extra-lucides), mais je te laisse découvrir d'abord (si cela n'a pas déjà été fait) la parabole du Grand Inquisiteur, de Dostoïevski, dans Les Frères Karamazov. Et si on veut pousser cela encore plus loin, on rencontrera Nietzsche et Pascal (dans l'ordre contraire).
Le bois il se trouve là. Dans la culture. J'ai quelques années de moins que toi, profil similaire, je ne vais rien t'apprendre. Je peux te rassurer, au mieux. Et c'en est de même pour tous tes contemporains. Personne ne te donnera de chemin. "Car le chemin, en effet, il n'existe pas !"
Peut être te retrouveras-tu dans ses lignes du grand "Ainsi parlait Zarathoustra", car à moi, elles parlent. Nietzsche était le Christ, aussi, un peu …

"Je passe au milieu de ce peuple et je laisse tomber maintes paroles : mais ils ne savent ni prendre ni retenir.

Ils s’étonnent que je ne sois pas venu pour blâmer les débauches et les vices ; et, en vérité, je ne suis pas venu non plus pour mettre en garde contre les pickpockets.

Ils s’étonnent que je ne sois pas prêt à déniaiser et à aiguiser leur sagesse : comme s’ils n’avaient pas encore assez de sages subtils dont la voix grince comme un crayon d’ardoise !

Et quand je crie : « Maudissez tous les lâches démons qui sont en vous et qui gémiraient volontiers, qui voudraient croiser les mains et adorer » : alors ils crient : « Zarathoustra est impie. »

Et leurs professeurs de résignation crient plus fort, mais c’est précisément à eux qu’il me plaît de crier à l’oreille : Oui ! Je suis Zarathoustra, l’impie !

Ces professeurs de résignation ! Partout où il y a petitesse, maladie et teigne, ils rampent comme des poux ; et mon dégoût seul m’empêche de les écraser.

Eh bien ! voici le sermon que je fais pour leurs oreilles : je suis Zarathoustra l’impie qui dit : « Qui est-ce qui est plus impie que moi, pour que je me réjouisse de son enseignement ? »

Je suis Zarathoustra, l’impie : où trouverai-je mes semblables ? Mes semblables sont tous ceux qui se donnent eux-mêmes leur volonté et qui se débarrassent de toute résignation.

Je suis Zarathoustra, l’impie : je fais bouillir dans ma marmite tout ce qui est hasard. Et ce n’est que lorsque le hasard est cuit à point que je lui souhaite la bienvenue pour en faire ma nourriture.

Et en vérité, maint hasard s’est approché de moi en maître : mais ma volonté lui parle d’une façon plus impérieuse encore, – et aussitôt il se mettait à genoux devant moi en suppliant – me suppliant de lui donner asile et accueil cordial, et me parlant d’une manière flatteuse : « Vois donc, Zarathoustra, il n’y a qu’un ami pour venir ainsi chez un ami ! »

Mais pourquoi parler, quand personne n’a mes oreilles ! Ainsi je veux crier à tous les vents :

Vous devenez toujours plus petits, petites gens ! vous vous émiettez, vous qui aimez vos aises ! Vous finirez par périr – à cause de la multitude de vos petites vertus, de vos petites omissions, à cause de votre continuelle petite résignation.

Vous ménagez trop, vous cédez trop : c’est de cela qu’est fait le sol où vous croissez ! Mais pour qu’un arbre devienne grand, il faut qu’il pousse ses dures racines autour de durs rochers !

Ce que vous omettez aide à tisser la toile de l’avenir des hommes ; votre néant même est une toile d’araignée et une araignée qui vit du sang de l’avenir.

Et quand vous prenez, c’est comme si vous vouliez, ô petits vertueux ; pourtant, parmi les fripons même, l’honneur parle : « Il faut voler seulement là ou on ne peut pas piller. »

« Cela ce donne » – telle est aussi une doctrine de la résignation. Mais moi je vous dis, à vous qui aimez vos aises : cela se prend, et cela prendra de vous toujours davantage !

Hélas, que ne vous défaites-vous de tous ces demi-vouloirs, que ne vous décidez-vous pour la paresse comme pour l’action !

Hélas, que ne comprenez-vous ma parole : « Faites toujours ce que vous voudrez, – mais soyez d’abord de ceux qui peuvent vouloir ! »

« Aimez toujours votre prochain comme vous-mêmes, mais soyez d’abord de ceux qui s’aiment eux-mêmes –

– qui s’aiment avec le grand amour, avec le grand mépris ! » Ainsi parle Zarathoustra, l’impie. –

Mais pourquoi parler, quand personne n’a mes oreilles ! Il est encore une heure trop tôt pour moi.

Je suis parmi ce peuple mon propre précurseur, mon propre chant du coq dans les rues obscures.

Mais leur heure vient ! Et vient aussi la mienne ! D’heure en heure ils deviennent plus petits, plus pauvres, plus stériles, – pauvre herbe ! pauvre terre !

Bientôt ils seront devant moi comme de l’herbe sèche, comme une steppe, et, en vérité, fatigués d’eux-mêmes, – et plutôt que d’eau, altérés de feu !

O heure bienheureuse de la foudre ! O mystère d’avant midi ! – un jour je ferai d’eux des feux courants et des prophètes aux langues de flammes : – ils prophétiseront avec des langues de flammes : il vient, il est proche, le Grand Midi !

Ainsi parlait Zarathoustra."

En "conclusion" (j'espère que cela ne conclura pas ce post pour autant), je dirais … qu'il ne faut pas avoir peur. La douance empêche le rapetissement comme celui de l'homme banal. Plutôt que de stagner et souffrir, il faut … s'envoler, être léger, la tête dans les étoiles, mais les pieds sur terre (facile à dire, je dis ça à un moment de ma vie où je creuse, mais je n'ai pas fermé la boite de Pandore, si d'autres zèbres sont devenus des lions … pourquoi pas moi ?). Il faut donc accepter de faire un tri dans sa vie (entourage, activité, quotidien), à moins de vouloir finir crucifié. Chose que, à titre personnel, j'entreprends actuellement.

Jack White

Messages : 7
Date d'inscription : 09/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloje

Message  sterhuen le Mer 10 Déc - 8:38

Jack White a écrit:
En "conclusion". La douance empêche le rapetissement comme celui de l'homme banal. Plutôt que de stagner et souffrir....

la douance comme vous l'exprimait, le mal être dont vous paraissez habité n'est elle pas uniquement un moyen de vous retourner dans votre coquille ??

l'homme banal et le haut potentiel qui vous éviterez le rapetissement, votre approche de la différence est à mille lieux de ce que nous avons pu échanger sur ce forum, prenez le temps de lire tous les posts.

En vous souhaitant l'apaisement...

ster
avatar
sterhuen

Messages : 2516
Date d'inscription : 26/09/2008
Age : 88
Localisation : bretagne sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloje

Message  Jack White le Mer 10 Déc - 13:28

Je ne crois pas avoir été clair (comme d'hab !). Faut que j'arrêtes de parler en termes Nietzscheen. Et que je trouves des noms corrects pour exprimer "zèbre", "douance" "haut potentiel" etc ... Je n'aime pas trop ces mots. Cette "conclusion" était surtout un résumé de mon point de vu sur la différence. Juste l'aboutissement du raisonnement, serait un peu long. Si c'est pour rester sur la dialectique banale de la différence, non merci ...

J'ai déjà lu un bon nombre de post, je ne me serais pas permis d'écrire sinon. Ce qui ne m'empêche pas de penser ainsi, au contraire.

Jack White

Messages : 7
Date d'inscription : 09/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloje

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum